ANTHEIT - BAS-OHA - HUCCORGNE - MOHA - VINALMONT - WANZE

compteur gratuit
  • Ce 25 mars 9 mois avant Noël, fête de l’Annonciation :

    12h00 : Prière du ...

    12h00 : Prière du Notre Père là où nous vivons.

     

    Le pape François invite tous les chrétiens à réciter le Notre Père « tous ensemble », mercredi 25 mars 2020 à midi, en « prière unanime » face à la pandémie du Coronavirus.

    « En ces journées d’épreuve, a-t-il dit lors de l’angélus qu’il présidait ce 22 mars, tandis que l’humanité tremble de la menace de la pandémie, je voudrais proposer à tous les chrétiens d’unir leurs voix vers le Ciel. »

    « J’invite tous les chefs des Eglises et les leaders de toutes les communautés chrétiennes, avec tous les chrétiens des diverses confessions, à invoquer le Très-Haut, Dieu tout-puissant, en récitant en même temps la prière que Jésus Notre Seigneur nous a enseignée ».

    Et le pape de souhaiter : « Au jour où de nombreux chrétiens font mémoire de l’annonce de l’Incarnation du Verbe à la Vierge Marie, que le Seigneur écoute les prières unanimes de tous ses disciples qui se préparent à célébrer la victoire du Christ ressuscité. »

     

    19h30 : Proposition d'allumer une bougie à la fenêtre.

  • Ce 27 mars

    Bénédiction spéciale Urbi et ...

    Bénédiction spéciale Urbi et Orbi (à la ville et au monde) de la place Saint-Pierre à Rome.

     

    ‘Faisons sentir notre proximité aux personnes les plus seules’.

     

    Le pape François invite les chrétiens à s’unir à lui – par vidéo – le 27 mars 2020 à 18h : il présidera un temps de prière qu’il conclura par la bénédiction Urbi et Orbi. Un geste exceptionnel en temps de pandémie, puisque cette bénédiction particulière, qui confère l’indulgence plénière, est donnée traditionnellement à Noël et à Pâques, ainsi qu’à l’élection d’un nouveau pape.

    Ce temps de prière retransmis en direct aura lieu sur le parvis de la basilique vaticane, la place Saint-Pierre « vide », a annoncé le pape en priant l’angélus ce 22 mars. Aucun participant n’est attendu sur place, puisque l’Italie et de nombreux pays ont décrété un confinement de lutte contre le Coronavirus Covid-19.

    « J’invite tout le monde à participer spirituellement à travers les moyens de communication, a poursuivi le pape. Nous écouterons la Parole de Dieu, nous élèverons notre supplication, nous adorerons le Saint Sacrement, avec lequel je donnerai à la fin la bénédiction Urbi et Orbi. » A cela s’ajoutera « la possibilité de recevoir l’indulgence plénière ».

    « Nous voulons répondre à la pandémie du virus par l’universalité de la prière, de la compassion, de la tendresse, a-t-il affirmé. Restons unis. Faisons sentir notre proximité aux personnes les plus seules et les plus éprouvées. »

  • L'Espérance (la Seperanza)

    La Speranza en Italie ces jours ci, c'est le ....

    La Speranza en Italie ces jours-ci, c’est le ciel d’un bleu dépollué et provocant, c’est le soleil qui brille obstinément sur les rues désertes, et qui s’introduit en riant dans ces maisonnées qui apprennent à redevenir familles...

     

    Message d’une amie, religieuse à Milan.

     

    La Speranza ce sont ces post-it anonymes par centaines qui ont commencé à couvrir les devantures fermées des magasins, pour encourager tous ces petits commerçants au futur sombre, à Bergame d’abord, puis, comme une onde d’espérance – virale elle aussi – en Lombardie, avant de gagner toute l’Italie : ‘Tutto andrà bene’ (et comment ne pas penser à ces paroles de Jésus à Julienne de Norwich ‘…ma tutto sarà bene e tutto finirà bene’ ?).

     

    La Speranza c’est la vie qui est plus forte et le printemps qui oublie de porter le deuil et la peur, et avance inexorablement, faisant verdir les arbres et chanter les oiseaux.

    La Speranza ce sont tous ces professeurs exemplaires qui doivent en quelques jours s’improviser créateurs et réinventer l’école, et se plient en huit pour affronter avec courage leurs cours à préparer, les leçons online et les corrections à distance, tout en préparant le déjeuner, avec deux ou trois enfants dans les pattes.

    La Speranza, tous ces jeunes, qui après les premiers jours d’inconscience et d’insouciance, d’euphorie pour des ‘vacances’ inespérées, retrouvent le sens de la responsabilité, et dont on découvre qu’ils savent être graves et civiques quand il le faut, sans jamais perdre créativité et sens de l’humour. Parce que les moments graves unissent.

    La Speranza, tous ces parents qui redoublent d’ingéniosité et de créativité pour inventer de nouveaux jeux à faire en famille, et ces initiatives de réserver des moments ‘mobile-free’ pour tous, pour que les écrans ne volent pas aux foyers tout ce Kairos qui leur est offert.

    La Speranza – après un premier temps d’explosion des instincts les plus primaires de survie (courses frénétiques au supermarché, ruée sur les masques et désinfectants…) – ce sont aussi les étudiants qui, au milieu de tout ça, ont gardé calme, responsabilité et civisme.

    La Speranza c’est ce policier qui, lors des contrôles des ‘auto-certificats’ et tombant sur celui d’une infirmière qui enchaîne les tours et retourne au front, s’incline devant elle, ému : ’Massimo rispetto’.

     

    Et la Speranza bien sûr, elle est toute concentrée dans cette ‘camicia verde’ des médecins et le dévouement de tout le personnel sanitaire, qui s’épuisent dans les hôpitaux débordés, et continuent le combat. Et tous de les considérer ces jours-ci comme les véritables ‘anges de la Patrie’.

    Et voilà la Speranza, par-dessus tout : ce sont ces pays riches et productifs, d’une Europe que l’on croyait si facilement disposée à se débarrasser de ses vieux, que l’on pensait cynique face à l’euthanasie des plus ‘précaires de la santé’… les voilà ces pays qui tout d’un coup défendent la vie, les plus fragiles, les moins productifs, les ‘encombrants’ et lourds pour le système-roi, avec le fameux problème des retraites…

    Et voilà notre économie à genoux. À genoux au chevet des plus vieux et des plus vulnérables. Tout un pays qui s’arrête, pour eux.

    Et en ce Carême particulier, un plan de route nouveau : traverser le désert, prier et redécouvrir la faim eucharistique. Vivre ce que vivent des milliers de chrétiens par le monde. Retrouver l’émerveillement. Sortir de nos routines…

    Et dans ce brouillard total, naviguer à vue, réapprendre la confiance, la vraie. S’abandonner à la Providence.

    Et apprendre à s’arrêter aussi. Car il fallait un minuscule virus, invisible, dérisoire, et qui nous rit au nez, pour freiner notre course folle.

    Et au bout, l’espérance de Pâques, la victoire de la vie à la fin de ce long carême, qui sera aussi explosion d’étreintes retrouvées, de gestes d’affection et d’une communion longtemps espérée, après un long jeûne.

    Et l’on pourra dire avec saint François ‘Loué sois-Tu, ô Seigneur, pour fratello Coronavirus, qui nous a réappris l’humilité, la valeur de la vie et la communion !’

     

    Courage, n’ayez pas peur : Moi, j’ai vaincu le monde ! (Jn 16, 33)

     

     

  • Directives des évêques de Belgique.

    Baptêmes, mariages, 1ère communions, confirmations,....

    La propagation du coronavirus contraint toutes les autorités et institutions publiques de notre pays à une extrême prudence. L’Église veut, elle aussi, endiguer la propagation de ce virus. Les évêques de Belgique ont dès lors décidé de prolonger la suspension de toutes les célébrations religieuses publiques et ce jusqu’au 19 avril inclus. Ces dernières reprendront lorsque les autorités tant civiles et qu’ecclésiastiques l’auront autorisé. Les évêques prennent ces mesures conformément aux adaptations possibles pour la célébration du temps pascal, telles que le Pape François les a proposées et données en exemple.

     

    Tous les services liturgiques de la Semaine Sainte (5-12 avril 2020) sont suspendus. Chaque évêque peut établir une exception pour quelques lieux afin que les fidèles puissent suivre ces services à la radio, à la télévision ou en livestream. Seuls les collaborateurs nécessaires pour l’enregistrement de la célébration pourront se trouver dans l’église. Ils respecteront avec soin les règles de la ‘distance sociale’.

     

    Cette suspension s’applique à toutes les églises et chapelles où se célèbre publiquement le culte, y compris les chapelles ou lieux de prière des monastères, des institutions catholiques ou des lieux de pèlerinage. Elle s’applique également aux communautés non-catholiques qui font usage des églises ou des chapelles catholiques. Les communautés contemplatives ou monastiques célèbreront la prière des heures et les offices de la Semaine Sainte en cercle fermé, sans hôtes, ni visiteurs.

     

    L’information sur les services liturgiques diffusés à la radio, à la télévision ou en livestream pendant la Semaine Sainte sera disponible sur le site de Cathobel et de Kerknet ainsi que sur les sites diocésains ou vicariaux

     

    Baptêmes d’adultes

     

    Cette année, les baptêmes d’adultes ne pourront avoir lieu ni la nuit, ni le jour de Pâques.
    Les évêques sont unis à tous ceux qui se préparent de longue date à leur baptême pour Pâques. Ils comprennent leur déception et leur demandent de la patience. Ils leur proposeront dès que possible une autre date ou une autre période pour leur baptême.

     

    Baptêmes et mariages religieux

     

    Tous les baptêmes et mariages religieux sont reportés jusqu’à ce que ces célébrations soient à nouveau possibles. Les évêques prennent cette décision difficile, tout en partageant la déception de tous ceux qui avaient préparé avec soin et attendaient intensément leur mariage ou le baptême de leur enfant.

     

    Confirmations et premières communions

     

    Les célébrations de la confirmation et de la première communion prévues jusqu’au 19 avril ne pourront malheureusement pas avoir lieu. C’est une décision grave dont nous mesurons pleinement l’impact pour les enfants et les jeunes concernés, pour leurs familles et pour la paroisse. En ce qui concerne les confirmations et premières communions prévues après le 19 avril, il est trop tôt en ce moment de prendre des décisions définitives. Les évêques communiqueront le plus tôt possible et dès que les mesures du gouvernement le permettront, les informations nécessaires.

     

    Ouverture des églises

     

    Sauf décision contraire de la commune, les églises restent ouvertes pour la prière individuelle et le recueillement quand c’est possible. L’église, en tant qu’espace public, est bien évidemment soumise aux mesures gouvernementales, dont la distance de sécurité.

     

    SIPI – Bruxelles, lundi 23 mars 2020

MEDITATIONS